Vous êtes-vous déjà demandé à quoi servait votre salive ?

Composée d’eau, de sels minéraux et de protéines, la salive joue un rôle clé dans notre bonne santé bucco-dentaire. En situation d’équilibre, nous en produisons environ un litre par 24 heures. Mais à quoi sert-elle ?

Les agents que contient notre salive ont pour rôle d’humidifier naturellement notre cavité buccale. La salive que nous produisons joue ainsi un rôle de lubrifiant de la bouche, elle favorise aussi la déglutition et la digestion. Autres « fonctions » de la salive : nettoyer la bouche et les dents grâce à sa composition qui permet, entre autres, d’éliminer les champignons, les bactéries, les virus, ou encore de préserver l’émail des dents en neutralisant l’acidité des aliments et donc, en prévenant les caries.

Quid en cas de manque de salive ?

En cas de sécheresse buccale (xérostomie), la plupart du temps, la simple modification de certaines habitudes permettra de venir à bout du phénomène. Ainsi la première des choses à faire est de s’inscrire dans des mesures hygiéno-diététiques favorables : boire plus d’eau, mâcher un chewing-gum (sans sucres, évidemment), utiliser un rince-bouche en sus d’un brossage régulier, éviter les boissons et les aliments asséchants (les épices, l’alcool…). Si malgré ces précautions, la situation persiste, un recours médicamenteux pourra être envisagé (comme un substitut salivaire) sur les conseils de votre chirurgien-dentiste.

Et en cas de salivation excessive (hypersialorrhée ou hypersalivation) ?

Généralement temporaire, ce phénomène peut être dû à une multiplicité de facteurs comme, tout simplement, la faim. Mais il peut aussi trouver son origine dans un aphte, une infection buccale, une inflammation de la muqueuse, une intoxication médicamenteuse, des nausées, des vomissements, des problèmes d’estomac… Là encore, des traitements existent, à voir avec votre chirurgien-dentiste.