Une extraction peut être imposée par un choc, une carie importante ou une maladie parodontale. La nature ayant horreur du vide, elle cherche constamment à se rééquilibrer. Ainsi, au bout de quelques mois à peine après l’extraction, les dents voisines se déplacent, se desserrent, perdent leurs points de contacts et se couchent jusqu’à réduire presque complètement l’espace qu’occupait la dent extraite (c’est la migration).

Conséquences d’une dent manquante

• Survenue d’espaces entre les dents avec des aliments qui se logent dans ces espaces favorisant la formation de bourrages alimentaires, avec douleurs et finalement caries (les dents voisines d’une édentation sont souvent cariées).
• Problèmes de gencives : ces espaces, ainsi que la mauvaise position des dents, permettent l’accumulation de la plaque dentaire et du tartre.
• Diminution du coefficient masticatoire : si deux dents sont absentes sur une arcade cela équivaut à quatre dents absentes sur le plan de l’efficacité masti­catoire, les dents antagonistes ne travaillant plus.
• Surcharge de travail pour les dents situées sur l’autre côté de la mâchoire qui se fragilisent. Un tel déséquilibre des forces pourra entraîner des fractures de l’autre côté.
• Équilibre de la bouche perturbé avec des conséquences sur les articulations des mâchoires (craquements, claquements, ressauts, douleurs).
• Préjudice esthétique : l’extraction d’une dent du fond peut provoquer un décalage des dents de devant et perturber le sourire.