1• Qu’est-ce qu’un omnipraticien ?

Pour exercer le métier de chirurgien-dentiste, il faut être titulaire d’un diplôme d’État de docteur en chirurgie dentaire qui s’obtient après 6 ans d’études. Un omnipraticien pratique tous les soins dentaires, chirurgie, et prothèses. C’est le cabinet dentaire classique (hors spécialité ou exercice exclusif). C’est pour ainsi dire le « généraliste » de la dentisterie.

2• Soigner ses dents, c’est aussi préserver son état de santé général ?

Oui. Notre organisme, formé de différents organes et systèmes, fonctionne comme un tout. De fait, toutes les parties de notre corps interagissent entre elles. C’est pourquoi une pathologie d’une partie du corps pourra avoir une incidence sur une autre. Les maladies parodontales seraient notamment liées à certaines maladies cardiovasculaires, à des infections respiratoires, aux accouchements prématurés.

3• Pourquoi consulter même quand tout va bien ?

Même si aucune douleur n’est ressentie et si l’état général de la bouche semble satisfaisant, il est important d’aller régulièrement consulter un chirurgien-dentiste. Seul ce professionnel saura repérer un éventuel problème sous-jacent qui, non traité, pourrait entraîner des désordres dentaires invalidants. Le rythme de ces visites dépend de chaque patient, d’une fois tous les 3 mois à une fois tous les 2 ans.

4• Quels soins sont pris en charge par la sécurité sociale ?

Pour que vos soins soient remboursés, ils doivent être prodigués par un chirurgien-dentiste conventionné (ce qui est le cas de 95 % d’entre eux). La Sécurité sociale prend en charge les soins de base à prix fixe à hauteur de 70 %. Depuis le 1er janvier 2020, certaines prothèses dentaires sont également totalement prises en charge ou partiellement remboursées. Les soins comme les implants, eux, sont dits hors nomenclature et ne sont pas remboursés, il faut alors se rapprocher de sa mutuelle.

5• Que sont les soins conservateurs ?

Destinés à prévenir les pathologies dentaires, les soins conservateurs les plus couramment employés sont le détartrage, le traitement des caries et le scellement des sillons dentaires. Tous ont pour objectif de permettre au patient de conserver un bon état bucco-dentaire. Inscrits sur la liste des actes remboursables par l’assurance maladie, ces soins sont pris en charge à hauteur de 70 % des tarifs conventionnels.