L’examen par imagerie

Le volume osseux disponible pour placer les implants est évalué grâce à des techniques d’imagerie en trois dimensions qui permettent de quantifier la hauteur et l’épaisseur d’os disponible dans la zone à implanter. Ces images donnent aussi la possibilité de vérifier qu’aucun obstacle chirurgical ne se trouve dans cette zone. L’examen le plus classique pour une analyse du volume osseux des mâchoires est le cone beam (radio panoramique en 3D). Cet examen radiographique n’est pas remboursé par la Sécurité sociale.

La reconstruction osseuse

Il existe différents types de reconstructions osseuses. En fonction du type de greffe réalisé, l’intervention peut se dérouler au cabinet ou en clinique, sous anesthésie locale ou générale dans les conditions très strictes d’asepsie du bloc opératoire. On distingue de façon générale deux types de reconstructions osseuses.
Les autogreffes : l’os est prélevé chez la personne qui reçoit la greffe. L’os est le plus souvent pris sur la mâchoire, à proximité de la zone à greffer. Pour les greffes de plus grande étendue, l’os peut être prélevé au niveau du crâne.
Les reconstructions « sans prélèvement » : le défaut osseux peut alors être comblé par différents matériaux d’origine synthétique, humaine ou animale. Dans tous les cas, ces matériaux subissent une série de traitements leur garantissant une très haute sécurité d’utilisation. Cette technique est appelée : régénération osseuse guidée.

Après l’intervention

Les suites d’une reconstruction osseuse dépendent de la nature et de l’étendue de la chirurgie. Comme toute intervention chirurgicale, les reconstructions osseuses pré-implantaires sont suivies d’une période de cicatrisation, au cours de laquelle peuvent apparaître une douleur, un gonflement, voire dans de très rares cas une complication.