1 • Conception de la prothèse

La réalisation des prothèses amovibles complètes nécessite une succession d’étapes d’une grande précision : deux empreintes ou plus sont nécessaires pour enregistrer de façon très précise la position de la gencive, de la langue, des lèvres et des joues.

2 • Stabilisation des prothèses amovibles complètes

Les prothèses traditionnelles s’appuient sur les gencives alors que l’os de la mâchoire a tendance à s’amincir et se résorber au fil du temps (cela est fréquent chez les personnes âgées). La prothèse n’est plus ajustée à la gencive et bouge, ce qui va causer une gêne importante pour les fonctions de mastication et d’élocution. Cette détérioration est particulièrement visible pour les prothèses de la mâchoire inférieure.
Les implants peuvent être utilisés comme un moyen de rétention supplémentaire de la prothèse amovible. Si l’on stabilise la prothèse sur des implants, elle bouge moins et apporte confort et fiabilité. Sur le plan biomécanique la tenue de la prothèse est assurée par les tissus de soutien de la bouche.

3 • Principes

Une fois le dispositif choisi, plusieurs implants sont mis en place lors d’un premier rendez-vous. Après une période d’ostéointégration de quelques mois, le dispositif est mis en charge. La partie de la prothèse qui est en contact avec la gencive est évidée afin d’y fixer les attaches.

4 • Systèmes d’attachement

Un dispositif de boutons-pression : la prothèse se clipse alors directement sur les implants dentaires avec une partie mâle vissée sur l’implant, et une partie femel­le placée dans la résine de la prothèse (comme avec un bouton-pression). Il est aussi possible de doser la résistance du bouton-pression.
Ce dispositif est utilisé pour les deux mâchoires, mais principalement pour le maxillaire inférieure ou si la zone de contact entre la gencive et l’appareil est insuffisante. Il apporte une bonne protection contre les forces de retrait.

Le suivi

• Lorsque l’on porte une prothèse amovible complète pour la première fois, il faut prévoir une période d’adaptation, notamment pour s’alimenter.
• Dans les semaines qui suivent la pose de nombreux réglages peuvent être nécessaires afin de parfaire sa morphologie et d’assurer un confort optimum.
• Avec le temps, il est possible que l’os et la gencive de la mâchoire s’affaissent et entraînent une perte de stabilité de la prothèse. On remédie à cette situation en réalisant un rebasage, qui permettra de combler les espaces libres entre la prothèse et la gencive.