Qu’est-ce qu’une parodontite ?

La maladie parodontale est une maladie d’origine bactérienne. Nous avons tous des bactéries présentes dans le corps et dans la cavité buccale en grande quantité. Selon les individus, ces bactéries ne sont pas les mêmes et ne génèrent pas le même type de risque. Dans des conditions environnementales favorables, ces bactéries ne sont pas nuisibles car contrebalancées par les bactéries protectrices et par nos défenses immunitaires. Cependant, cet équilibre peut se rompre et engendrer un déchaussement de la gencive et de l’os autour des dents. Si l’équilibre n’est pas retrouvé rapidement, la maladie parodontale s’installe. Elle va fragiliser le support de la dent et évolue vers la perte de la dent.

Tous différents face à la plaque dentaire

Nous ne sommes pas tous égaux face à ces attaques bactériennes. Il existe des facteurs aggravants de cette maladie, parmi lesquels :
• le tabac,
• le stress,
• la fatigue,
• certaines maladies chroniques,
• le diabète,
• la sensibilité à la carie,
• l’état immunitaire.

Le bilan parodontal

Des examens biologiques, bactériologiques, cliniques et radiographiques permettent de déterminer si la maladie est aigüe ou chronique, son degré d’activité, la gravité de l’atteinte, les facteurs de risque de récidive. C’est l’objet du bilan parodontal.

Les signes qui peuvent alerter

• Vous avez des saignements de gencive fréquents, voire des abcès,
• Vous avez la sensation que vos dents, se déplacent ou qu’elles sont mobiles,
• Vous avez la sensation que vos dents se déchaussent, qu’elles « s’allongent », ou que la gencive se rétracte,
• Vous avez mauvaise haleine,
• Vous observez des tassements alimentaires entre vos dents,
• Vous avez des antécédents familiaux, vous êtes particulièrement à risque de développer cette pathologie.

Les trois phases du traitement

Le traitement parondontal s’articule en trois phases, variables selon la sévérité de l’atteinte. Il prend en compte l’état de santé générale et son interaction avec la santé bucco-dentaire.
La première phase ou thérapeutique initiale consiste toujours en l’apprentissage d’une méthode de nettoyage spécifique des dents, des gencives et de la langue adaptée à votre pathologie parodontale. Ce traitement permet de stopper la prolifération bactérienne et d’obtenir une mise au repos de la maladie. Elle dure plusieurs semaines.
La deuxième phase de traitement consiste à obtenir une cicatrisation des lésions paro­dontales. Ceci se fait par un nettoyage approfondi progressif, appelé débridement, indolore, qui vise à éliminer les dépôts bactériens et le tartre présents le long des racines dentaires et qui empêchent la cicatrisation. Le nombre de ces séances, espacées de plusieurs semaines, est variable selon le degré de l’atteinte (entre 2 et 8 séances en général). Une fois cet assainissement effectué, il s’agit ensuite de procéder à une réévaluation pour identifier les zones ayant cicatrisé, et les zones où des lésions persistent. Si nécessaire, il est possible compléter le traitement avec du laser ou avec une chirurgie parodontale localisée. Enfin, un élément indispensable de votre maintien en santé va être la thérapeutique de soutien, ou maintenance parodontale personnalisée, dont la fréquence va être dictée par la sévérité de l’atteinte parodontale et par les facteurs de risque influençant le pronostic. Ces visites régulières vont permettre de vérifier la stabilité de votre parodonte et d’éviter les récidives.