Les conséquences de cette affection peuvent être considérables pour la santé. En premier lieu, les personnes affectées se plaignent de fatigue intense dans la journée, avec un risque important de somnolence au volant. Dans les cas d’apnées sévères, le manque d’oxygénation durant le sommeil peut entraîner des pathologies chroniques comme l’hypertension, des maladies cardiaques, le diabète ou l’obésité, ou les aggraver quand elles sont déjà présentes. Avant de chercher à traiter un ronflement, il est donc important de dépister l’existence d’une AOS chez un patient. Ce dépistage est réalisé par un médecin ayant des connaissances en médecine du sommeil, comme les somnologues, les pneumologues ou les ORL.

L’orthèse d’avancée mandibulaire

Une fois le diagnostic posé, le médecin peut dans certains cas prescrire l’utilisation d’un appareil buccal amovible, appelé orthèse d’avancée mandibulaire ou OAM, comme traitement pour le ronflement ou l’apnée du sommeil. Ressemblant à un protège-dents il s’agit d’un appareil dentaire que le patient porte pendant son sommeil, et qui sert à pousser la mâchoire inférieure vers l’avant afin de maintenir ouvertes les voies aériennes supérieures. Des études démontrent que l’utilisation de cette orthèse est un moyen efficace pour traiter certaines apnées légères ou modérées.

Le rôle du chirurgien-dentiste

Le chirurgien-dentiste est le seul praticien à disposer des connaissances nécessaires pour diagnostiquer les maladies parodontales, articulaires ou dentaires. Il possède de ce fait l’expertise nécessaire pour :
• vérifier si la condition buccale du patient est compatible avec l’utilisation d’une orthèse mandibulaire,
• déterminer le type d’appareil approprié au patient,
• procéder à la mise en place et à l’ajustement de l’orthèse.
Le chirurgien-dentiste évaluera d’abord le patient pour déterminer s’il peut être candidat au port d’une orthèse. Il faut préciser que l’usage d’une orthèse mandibulaire ne cause aucun dommage aux structures de la bouche ni de l’articulation.