Les étapes du traitement endodontique ou dévitalisation

Un champ opératoire est mis en place pour isoler la dent de la salive et des bactéries. Sous effet de l’anesthésie, le dentiste réalise une cavité d’accès au centre de la dent et extirpe le nerf constitué de filets nerveux et sanguins. Puis vient la phase de net­toyage et de préparation mécanique des canaux.
• Des limes manuelles ou activées par un système mécanisé assurent un grattage et surfaçage des canaux. La finalité de cette préparation est d’assurer une conicité des canaux permettant une obturation jusqu’au bout des racines.
• Le nettoyage chimique consiste de son côté à désinfecter les canaux en y injectant de l’hypochlorite de sodium.
• Au terme de cette préparation mécanique, les canaux sont obturés à l’aide d’un ciment spécifique et de cônes de gutta percha parfaitement calibrés.
• Une radiographie de contrôle permet de vérifier que l’obturation est parfaitement assurée jusqu’au bout des canaux.

Retraitement de racines

Dans d’autres cas, lorsque la situation l’exige, un retraitement des racines pourra vous être proposé. Il vise à assainir les racines d’une dent sur laquelle on souhaite ré-intervenir, quand il y a doute sur la qualité du traitement, ou quand une image radiologique suggère la présence de bactéries (kystes) au niveau du pourtour de la racine. Ce traitement nécessite de venir nettoyer l’ancien produit d’obturation en place, puis de désinfecter la dent et de la ré-obturer de la même façon que dans le traitement de dévitalisation.

Suites du traitement & douleurs

La qualité du traitement endodontique ou du retraitement conditionne la pérennité des dents et de l’état de santé général. Une fois l’anesthésie dissipée, la dent pourra être un peu sensible. La prise d’antal­giques selon la prescription de votre praticien atténuera cette sensation. Pendant quelques jours, vous risquez de ressentir encore une gêne à la pression et/ou à la mastication : évitez donc de mastiquer sur cette dent le temps de cette sensibilité.

Des procédures complexes

• Qu’il s’agisse de traitement ou de retraitement endodontique : les procédures sont sensibles.
• Ainsi, même menées dans des conditions optimales, elles peuvent connaître un taux d’échec qui reste néanmoins relativement faible (de l’ordre de 5 %). Il pourra être imputé à un kyste, une perforation des racines ou du plancher de la dent, ou encore à la fracture d’un instrument dans le canal au cours de la procédure…