Une imagerie en plein essor

Un scanner cone beam produit des images d’une résolution supérieure à celles d’une radiographie panoramique, tout en étant moins irradiant qu’un scanner traditionnel. Grâce à la forme conique de son faisceau, seules les parties à explorer sont exposées aux rayons X. En un seul balayage, un scanner cone beam peut capturer une multitude d’images d’une même zone dans les trois dimensions, permettant ainsi sa reconstitution en 3D sur ordinateur. En plein développement dans le secteur de l’examen dentaire, les appareils de dernière génération offrent une qualité d’image équivalente au scanner, voire supérieure.

Les indications du scanner cone beam

La technique du cone beam offre à la médecine dentaire un large spectre d’applications.
En implantologie dentaire : il permet d’évaluer au plus juste le volume osseux et la position des structures anatomiques délicates en vue de la pose d’implants. En outre, la modélisation en 3D permet de choisir la forme et la taille des implants en fonction de la morphologie du patient, de simuler virtuellement leurs emplacements et de créer des guides implantatoires.
En chirurgie buccale : l’usage du cone beam permet de réaliser des bilans infectieux, de repérer les kystes, les tumeurs bénignes ou les dents incluses, d’examiner les dents de sagesse et d’analyser des troubles de l’éruption dentaire.
En endodontie : le cone beam est indiqué lorsque la radiologie conventionnelle n’a pas permis de compléter un bilan périapical (sur l’os autour des racines) avant une intervention, ainsi que pour la recherche de pathologies et l’analyse de l’anatomie.
En orthopédie dento-faciale : le cone beam est utilisé pour le diagnostic ainsi que pour l’analyse des structures osseuses de la face.