Tabac et gingivites

Le patient fumeur peut avoir l’illusion de n’avoir aucun problème de gencives, car il ne remarque ni renflement ni saignement suspect. Or le fait de fumer a pour effet de masquer certains signes révélateurs de la gingivite : la nicotine stimule la production d’adrénaline dans le sang, entraînant une vasoconstriction des vaisseaux capillaires ; et le monoxyde de carbone fait baisser le taux d’oxygène apporté aux tissus. Mal irriguées par un sang pauvre en oxygène, les gencives présenteront moins de symptômes inflammatoires et de saignements. Le diagnostic de la gingivite se fera avec retard, ainsi que le traitement nécessaire.

Tabac et éclaircissement des dents

La fumée du tabac les dépôts de nicotine entraînent inévitablement une coloration du tartre qui se forme avec le temps sur la dentition, y compris les prothèses et les obturations. On peut éliminer efficacement ce type de taches grâce à une simple séance de détartrage. Un traitement d’éclaircissement des dents nécessite en revanche d’arrêter de fumer pendant la durée du traitement, et si possible après.

Tabac et chirurgies dentaires

Il est fortement recommandé d’arrêter de fumer avant toute intervention chirurgicale (pose d’implant, extraction, etc.), ceci afin de favoriser une cicatrisation optimale. En effet dans le cas contraire, la mauvaise irrigation de la gencive et des tissus osseux entraînerait une cicatrisation plus lente et difficile. Fumer augmente également le risque de douleurs liées aux suites postopératoires, du fait d’une coagulation sanguine difficile, de la cyanose des muqueuses et du ralentissement de l’hémostase.