En raison du taux élevé de sucre dans le sang et la salive qui déséquilibre la flore buccale, une personne diabétique présente un risque plus élevé de pathologies parodontales. Ce déséquilibre va favoriser certaines infections bactériennes qui détruisent les tissus entourant et supportant les dents. En l’absence de soins, cela cause la perte de ces dents et un fort préjudice pour la mastication, qui à son tour affectera la digestion et le contrôle de la glycémie du patient. Le diabète entraîne également une inflammation des vaisseaux sanguins qui diminue la circulation du sang vers les gencives, phénomène qui entrave la guérison des lésions et aggrave les inflammations. Le système immunitaire est également affecté par un dysfonctionnement des globules blancs qui affaiblit la protection contre les infections. Les cellules produisant tissus osseux et collagène sont aussi moins efficaces, ce qui retarde la cicatrisation des muqueuses. L’addition de ces différents facteurs explique que le risque d’infection et de destruction rapide du parodonte soit plus élevé chez le patient diabétique.

Symptômes et prévention

Les symptômes des maladies parodontales sont difficiles à identifier dans les premiers temps. Toutefois à mesure que la pathologie progresse, le patient commence à ressentir des gênes, telles que l’inflammation des gencives, des picotements ou des saignements. Lorsque la gingivite s’aggrave en parodontite d’autres symptômes apparaissent comme une rétraction des gencives, la mobilité de certaines dents, l’augmentation de la sensibilité dentaire, une mauvaise haleine et l’apparition d’abcès.
La prévention des parodontites chez les personnes diabétiques se fait en suivant deux voies parallèles : d’un côté, on cherchera à maintenir un taux de sucre dans la moyenne, et de l’autre on éliminera la plaque au niveau des gencives pour prévenir les risques d’infection, tout en observant une hygiène buccale irréprochable.