Conditions de succès d’une mise en charge immédiate

Après la pose d’un implant, il faut normalement ne pas le solliciter tout de suite afin de permettre son ostéo-
intégration : l’os vivant de la mâchoire va établir une connexion avec l’implant artificiel qui sera ainsi totalement ancré dans l’os. Dans le cas d’un remplacement d’une dent antérieure voire d’une édentation totale, cette attente de la cicatrisation osseuse peut être très inconfortable et inesthétique pour le patient. Le chirurgien-dentiste peut alors dans certains cas proposer la mise en place d’une prothèse fixée provisoire directement à la suite de la pose de l’implant. Plusieurs conditions doivent être réunies pour ne pas risquer un échec (rejet de l’implant) :
• La qualité et la densité de l’os est primordiale pour la stabilité primaire de l’implant (à la pause).
• Durant la période d’ostéo-intégration, il ne faut absolument pas solliciter la dent provisoire : ne pas mordre, ne pas mâcher. Le prothésiste prévoit en général une dent provisoire un peu plus petite que la normale pour éviter le contact avec les autres dents et une sollicitation involontaire. Une fois l’implant parfaitement ostéo-intégré, la prothèse définitive sera fixée.

Avantages de la mise en charge immédiate d’un implant

Les avantages sont indéniables : la fixation de la prothèse provisoire sur l’implant a lieu dans les heures qui suivent la pose de l’implant et permet de retrouver aussitôt un certain confort (il est toutefois recommandé d’adopter une alimentation molle pendant 4 à 6 semaines). Esthétiquement, le sourire est préservé, sans édentation. Le gain de temps est également appréciable : pas de séances multiples d’ajustement d’une prothèse provisoire mobile, réduction du suivi postopératoire.